L'ouïe et le dire: histoire d'une pension grecque

hôtesses olympic airways


Les pensions de retraite supérieures à 1200€/mois voient leurs contributions au CSG augmentées...

Ce chiffre de 1200€ me rappelle quelque chose...

L’une des premières mesures à l’encontre des pensions de retraite en Grèce dès le début de la crise a été d’étêter impitoyablement toutes celles qui dépassaient 1200€/mois... 

En 2012 et 2013, lors de conversations avec de solides membres de la bourgeoisie grecque et européenne, m’est parvenue l’histoire d’une femme - que je n'ai jamais rencontrée - qui appartenait d’un pied à cette classe distinguée... Elle était leur amie, mais ils citaient en exemple sa pension, qu’ils jugeaient exorbitante, de ce qui était cause, à leurs yeux, de la ruine du pays.

Cette femme a rejoint à l’âge de 18 ans, comme hôtesse de l’air, la compagnie Olympic Airways, qui était la compagnie aérienne officielle de la Grèce. En conformité avec la législation grecque pour le personnel navigant, et le règlement de la compagnie, elle a quitté son travail à l’âge de 55 ans, après 37 ans d’activité, avec le bénéfice d’une pleine pension, qui s’élevait à 1500€/mois. 

Nos interlocuteurs nous firent remarquer qu’elle “n’avait pas besoin de cet argent,” car son mari avait une belle situation, et qu’elle ne manquait de rien... 

Elle avait épousé un manager de la compagnie Olympic Airways. Au bout de quelques années, son mari atteignit à son tour l’âge de la retraite, touchant une pension de 3000€/mois. Malheureusement, il décéda peu après. Elle se retrouva avec la pension de réversion de son mari, égale à la moitié de celle de son mari, soit 1500€/mois, s’ajoutant à la sienne propre, pour un total, donc, de 3000€/mois.


“Imaginez,” nous dit un de nos amis, britannique, “3000€ par mois pour une hôtesse de l’air...!”

Or, dès les premières mesures d’austérité, il fut décidé que personne, en Grèce, ne pouvait plus désormais toucher plus de 1200€/mois de pension...

Celle de l’hôtesse se trouva donc amputée, non seulement des 1500€ de la pension de réversion de son mari, mais de 300€ sur sa propre pension. Mais ce n’était pas tout. Comme elle avait pris sa retraite à 55 ans, ses 1200€ de pension furent diminués de surcroît. Elle se retrouva avec quelque 950€/mois...

Il y a eu depuis lors 13 diminutions additionelles des pensions de retraite en Grèce...

Je n’ai plus entendu parler de cette femme... elle a sans doute disparu des radars de la bourgeoisie gréco-européenne d’Athènes...

Tenez-le vous pour dit...


Anne-Marie de Grazia
24/06/2017

Voir aussi (en anglais): The savaging of Greece, sur mon site kalos.co